SECRETS - Tome 1. Le Serpent sous la glace

Vassili Kozlov n’était pas homme à raconter sa vie. Y compris à son fils qui se rend compte, à son décès, que son passé est rempli de zones d’ombre. Un scénario prenant pour une nouvelle série dédiée aux secrets de famille.

Faubourgs de Moscou. Un jeune homme traqué par des hommes armés trouve refuge dans l’abri de fortune d’un SDF à qui il raconte son histoire. Dans les affaires de son père mort quelques semaines auparavant à Paris, Valentin Kozlov a découvert des documents datant d’avant son arrivée en France. Une époque dont Valentin et sa sœur ignoraient tout. Il n’en fallait pas plus à Valentin pour lui donner envie d’en savoir davantage sur le passé de son père et partir pour Moscou où réside encore une vieille tante.
Des secrets honteux, inavouables pour diverses raisons, dont on ne parle pas où qu’à mots couverts, toutes les familles en ont. Et parce qu’ils sont un formidable vivier d’histoires à raconter en bande dessinée, ils ont donné leur nom à une sous-collection (au sein de la collection Empreinte(s) chez Dupuis) : "Secrets" se compose d’histoires totalement indépendantes, en plusieurs volumes, scénarisées par Giroud mais dessinées par des dessinateurs différents.
"Le serpent sous la glace" comptera trois tomes en mêlant la grande Histoire (les explorations au Pôle Nord) et la petite (le passé caché de son père). La recette est d’une grande efficacité d’autant que ce que Giroud nous laisse prendre d’abord pour une simple histoire de polygamie se révèle vite beaucoup plus complexe.
L’ensemble est bien rythmé, les moments d’action pure alternant avec l’enquête proprement dite et les moments d’intimité ou de doute du héros. En fait, le plus naturellement du monde, le récit parvient à mélanger le passé lointain tel qu’évoqué par les proches du père de Valentin, le passé proche qui explique pourquoi et comment Valentin s’est retrouvé à Moscou, le présent enfin lorsque le jeune homme est poursuivi par une bande de tueurs. Des raisons de cette chasse à l’homme, on ignore tout pour l’instant.
Et c’est ce qui contribue à donner encore plus de suspense à la quête de Valentin : pour le moment, son enquête nous paraît tout ce qu’il y a de plus personnelle et innocente et pourtant, l’on sait qu’elle finira par ne pas plaire à tout le monde...
Pour le dessin, Giroud a fait appel à un dessinateur venu d’ex-Yougoslavie, Milan Jovanovic. Le trait est encore maladroit, les visages des personnages trop irréguliers mais on espère que ces défauts s’estomperont rapidement.
La mini-collection "Secrets" démarre bien en tout cas.

- Dupuis