NOVIKOV - Tome 2. Le sang des boyards

Suite et fin de l’enquête d’un officier de la police impériale russe dans les milieux aristocrates. Un polar historique distrayant.

Les meurtres de plusieurs membres de l’aristocratie russe, retrouvés un crucifix planté dans le coeur, continuent. Troubelkine, un fanatique religieux prêt à tout pour punir les pécheurs est le suspect idéal mais....
Suite et fin de la première enquête de l’officier de la police impériale sous le règne de Catherine II à la fin du XVIIIe siècle, en Russie. Le premier tome de "Novikov" était l’un des premiers lancés dans la collection Dédales (polars historiques) et c’est sans doute l’un des meilleurs, en tout cas bien plus réussi qu’"Oeil de Jade" du même scénariste.
Car, sans être haletante, l’intrigue est cohérente et comporte suffisamment de rebondissements pour garder l’intérêt du lecteur en éveil. Les différents protagonistes continuent en outre d’être développés dans ce second tome et l’opinion qu’on s’était faite sur eux s’affine. Difficiles à classer du côté des gentils ou des méchants, ils ont au moins un point commun : la soif du pouvoir et de la fortune.
Graphiquement, l’Italien Brindisi est irréprochable dans le soin apporté aux décors et aux costumes d’époque. Le style est très classique mais il fonctionne bien. Plus original l’effort porté sur le rendu de la lumière et des reflets et que l’on avait déjà noté : même si ces effets sont parfois exagérés, il y a une vraie intention de rendre l’ambiance la plus réaliste possible. Quant aux couleurs, elles ont elles aussi gagné en naturel avec des teintes moins sombres, semble-t-il.
L’enquête des Boyards de Saint-Georges est donc résolue avec ce deuxième album mais le fil conducteur de la série (le mystérieux meurtre de sa femme) apparaît finalement un peu artificiel : il n’a qu’à peine été effleuré au fil de l’histoire et l’indice que lui glisse l’un des personnages à la fin de l’album semble tomber comme un cheveu sur la soupe. C’est là l’un des seuls regrets de cet honnête polar à la sauce tsaresque.

- Les Humanoïdes Associés