MECHANTS COCHONS

Non, dans le cochon tout n’est pas bon ! Ceux de Riley sont un concentré de méchanceté.

Après les lapins, les cochons ! Si dans "Le coup du lapin", les rongeurs à grandes oreilles tentaient de se suicider, les porcins de "Méchants cochons" font eux plutôt dans la méchanceté ! En quelques 80 dessins, Riley nous montre que dans le cochon tout n’est pas bon et c’est même le contraire : s’acheter une perruque à la Jackson Five pour gêner les spectateurs au cinéma, faire pipi dans la piscine, faire fondre le bonhomme de neige d’un gamin ou bloquer l’issue de secours en plein incendie, etc, rien n’arrête ces têtes de cochons là qui finalement ont quelque chose de bien humain !
Rigolo, "Méchants cochons" est à lire les jours "sans", ceux où l’on en veut à la terre entière pour telle ou telle raison. Ça détend.