LUCIEN - Tome 11. La bande à Lucien

Lucien quinqua mais toujours rock’n roll. Une séquence nostalgie honnête.

Lucien est comme nous, il vieillit. Logique mais dans le monde des personnages de BD, ce n’est pas si courant. Alors après avoir porté pendant des années un Perfecto, un jean, un T-shirt et une grosse banane brune et gominée, voilà que depuis le tome 9 (2008) Lucien nous est revenu avec toujours sa banane mais au ventre toujours plus bedonnant, au cheveux toujours plus blancs, marié et père de famille. Dans ce troisième album "nouvelle époque", entouré de ses potes, Riton, Ricky et Gillou, il s’inquiète de ce lui réserve l’avenir : santé, travail précaire, retraite, écologie, etc. Bref, la vie.
De deux choses l’une. Soit on a suivi depuis les années 80 Lucien dans ses aventures et l’effet nostalgie fonctionne : on retrouve avec plaisir l’humour et le trait de Margerin qui eux n’ont pas pris une ride avec des cases pleines de détails. Soit on a peu ou pas suivi le parcours de ce rocker populaire et cette suite de gags ironiques sur la vie de sympathiques Monsieur et Madame Tout le Monde et la fracture générationnelle s’avère honnête mais sans se démarquer finalement d’autres séries actuelles.