LES TABLEAUX DE L’OMBRE

Quand les oeuvres secondaires décident de se rebeller face aux chefs d’oeuvre du Louvre. Une chouette aventure jeunesse au coeur du musée, vivante et pleine d’idées.

Au Louvre, il y a des les vedettes que personne ne veut manquer comme La Joconde. Et puis il y a les autres, les œuvres secondaires, celles qui ne peuvent espérer parmi les milliers d’oeuvres exposées que le regard furtif du visiteur… "L’Allégorie des cinq sens" d’Anthonie Palamedes - une série de cinq tout petits tableaux mettant chacun en scène un personnage - est de celles là. Un jour pourtant, le regard d’un petit garçon se pose longuement sur le tableau représentant l’ouïe (un musicien jouant de la guitare) sans se douter que ce regard jouera un rôle 20 ans plus tard, l’année de la révolte des tableaux de l’ombre.
Après Enki Bilal, Taiyô Matsumoto, Jirô Taniguchi et Étienne Davodeau entre autres, c’est au tour de Jean Dytar de prendre pour décor les 68.600 m2 de salles d’exposition du Louvre. Dans une aventure jeunesse très divertissante autour des limites de la célébrité et du rapport aux images à une époque où nous en sommes saturées, l’auteur de "La vision de Bacchus" anime des tableaux plus ou moins célèbres, dont les personnages se déplacent dans leur toile mais aussi dans le musée à la nuit tombée. Aaah les fêtes au département de l’école du Nord… Les dialogues sont modernes et les tableaux parfaitement reconnaissables. C’est vivant, plein d’humour et la manière dont Dytar joue avec les cadrages des oeuvres, les attitudes et les proportions des personnages peints est vraiment maligne. Ainsi, hors de la toile, les petits gars de "L’Allégorie des cinq sens" se trouvent-ils bien minuscules face aux autoportraits de Rembrandt, le Saint Jean-Baptiste de Léonard de Vinci a une crampe au bras à force de le garder en l’air et Mona Lisa est en réalité cul-de-jatte ! Après "Les tableaux de l’ombre", vous ne verrez plus jamais la Joconde et les autres comme avant.

Dessin et scénario : Jean Dytar – Editeur : Delcourt, collection Le Louvre – Prix : 14,95 euros.