LES CONTES DE GRIM

Un drôle de héros à mi-chemin entre Pinocchio et Dracula venu tout droit d’Islande. Un BD déconcertante sur l’art et la société.

Actes Sud qui a désormais l’habitude de nous faire découvrir des BD venues d’ailleurs, a choisi cette fois l’Islande avec un personnage bien particulier : Grim est chauve, porte un inusable pull bleu sur un pantalon gris et arbore un nez de Pinocchio et des dents de Dracula. Et pourtant il est l’alter ego de son créateur, l’écrivain et plasticien Hallgrímur Helgason. Au centre de la plupart de ses oeuvres, le personnage l’est aussi dans cet album.
"Les contes de Grim" compile des strips de trois cases, des illustrations sur une page, des reproductions de tableaux de l’auteur et des extraits de son roman "101 Reykjavik". Le tout est tantôt en couleurs, tantôt en noir et blanc mais toujours dans le style ligne claire.
L’ouvrage est déconcertant à l’instar du héros, bizarre et au fond peu sympathique. D’ailleurs si "Grim" est l’abréviation du prénom de l’auteur, c’est aussi en anglais un adverbe signifiant "sinistre, sardonique". Le bonhomme a il est vrai l’humour particulièrement caustique mais à travers des gags absurdes, c’est la société islandaise qu’il évoque : l’art, l’amour, la solitude, la maladie, les problèmes sociaux, Grim a une opinion sur tout et n’hésite pas à se moquer de ses congénères. Certains gags sont drôles (surtout les strips), d’autres moins mais l’on sent une grande culture derrière, en particulier lorsqu’il s’agit de dénoncer l’art conceptuel qu’Hallgrímur Helgason déteste visiblement : "j’aime l’art quand il n’y a ni couleur, ni sujet, ni motif, ni titre, ni travail, ni forme, ni concept, ni idée, ni rien, quand c’est juste de l’art" fait-il dire à son double Grim.
"Les contes de Grim" pour s’étonner et découvrir une autre BD.

- Actes Sud