LECON DE CHOSES

Les expériences au quotidien de Jean-Pierre, 8 ans : la vie à la campagne, les copains, les parents... Un récit sur le thème des souvenirs d’enfance, plein de sensibilité et de charme.

La chronique d’enfance inspire bon nombre d’auteurs. Marzena Sowa ("Marzi") et Marjane Satrapi ("Persépolis") pour ne citer qu’elles. Que Grégory Mardon s’essaye lui aussi à ce thème n’est guère surprenant lui qui, avec pas mal de bonheur jusqu’à maintenant, nous a conté des histoires de relations humaines sur fond de vie quotidienne ("Corps à Corps", "Vagues à l’âme"). Dans "Leçon de choses", on découvre Jean-Pierre, 8 ans, et sa vie dans un petit village : l’école à classe unique, la messe, les travaux à la ferme, ses peurs, sa première grande amitié, son premier amour, etc.
Le ton est simple, le dessin aussi, presque enfantin. L’album est traité sur le mode autobiographique, c’est donc Jean-Pierre lui-même qui raconte ses "aventures". Si aux yeux d’un adulte, il ne se passe d’abord pas grand chose, dans la tête du gamin en revanche les vaches deviennent des bisons, les flaques un océan, le réel un rêve...
Puis au fil des pages traitées avec beaucoup de tendresse, on se rend compte, nous adultes, des rapports difficiles qu’entretiennent les parents de Jean-Pierre. Là où nous voyons un père toujours absent qui délaisse sa femme, l’enfant préfère imaginer que son papa est un super-héros fort occupé à sauver le monde. Là où nous surprenons la mère dans les bras d’un autre homme, Jean-Pierre voit sa maman avec un... lion en costume. Et puis forcément un jour la réalité le rattrape, la dureté de la vie s’impose à lui : ses parents divorcent.
Sorte d’ouvrage initiatique, "Leçon de choses" transpire une grande sensibilité. L’exploration intime est un genre qui va bien à Mardon.

- Dupuis