LE SCORPION - Tome 3. La croix de Pierre

Le troisième tome prend enfin son envol avec une intrigue beaucoup plus complexe.

Ambition, complot et meurtre. Ce n’est pas Dallas mais le Vatican. Le pape a été assassiné alors que le Scorpion vient d’apprendre qu’il était son fils et que sa mère a été brûlée vive comme sorcière par le cardinal Trebaldi. Pendant qu’à Rome on s’interroge sur l’identité de l’assassin, Le Scorpion décide de faire éclater la vérité et d’empêcher le cardinal Trébaldi de s’asseoir sur le trône de Pierre. Ce dernier, à grands renforts de couteaux, de poisons et de moines guerriers approche du but. Sous son identité civile d’Armando Catalano, il va donc utiliser son cercle de relations pour dénoncer le complot de Trebaldi.
Le troisième tome prend enfin son envol. L’histoire, jusqu’ici, traînait en effet un peu en longueur et semblait bien plate. Désormais, le côté film de cape et d’épée se fait moins présent au profit d’une intrigue beaucoup plus complexe. Les personnages sont plus aboutis, ils ont acquis une profondeur intéressante. Le Scorpion n’est plus simplement un amateur d’antiquités et de saintes reliques, profanateur de sépultures, il apparaît plus humain avec ses faiblesses, un passé douloureux. On le découvre même enfant avec son grand-père. Cela donne un personnage moins caricatural, qui malgré un côté Zorro (Armando Catalano est d’ailleurs le vrai nom de Guy Williams, l’acteur qui endossa le rôle de Zorro au cinéma), s’éloigne du héros sans peur et sans reproche.
Côté dessins, le style Marini fait encore des merveilles. Les couleurs sont magnifiques et certaines cases ressemblent à de véritables tableaux. Le Vatican et autres palais bénéficient en outre de très belles perspectives.
Le découpage est quasi cinématographique en particulier dans les mouvements et les combats : les scènes à l’épée sont exceptionnelles, et on a l’impression de regarder un film tant le cadrage et les enchainements sont bien faits.

- Site officiel du Scorpion
- Dargaud