LE SAUVETEUR

La fille de son meilleur ami ayant disparu dans Tokyo, un montagnard part à sa recherche. Un polar signé Taniguchi qui utilise les ingrédients qui ont fait le succès de ses albums plus connus.

C’est dans un genre pour lequel on ne le connaît guère en France que l’on retrouve Jirô Taniguchi : le polar. Tout commence lorsque Takeshi Shiga, gardien de refuge dans les Alpes japonaises, est averti que Megumi, la fille de son ami défunt, a disparu à Tokyo. Celui-ci lui ayant demandé avant sa mort de veiller sur sa famille, Shiga part donc pour la capitale. Là, il découvre vite que Megumi n’est pas une adolescente aussi sage qu’elle en a l’air et s’enfonce à sa recherche dans le Tokyo branché et interlope.
Publié au Japon en 2000, "Le sauveteur" est une histoire policière somme toute classique où un homme déterminé décide de mener par ses propres moyens une enquête plus ou moins bâclée par la police. Shiga fait souvent chou blanc mais les indices s’accumulent et finiront par payer.
Le scénario de 330 pages aurait pu tenir aisément en moins de pages. Mais c’était oublier le style de l’auteur doublement primé au festival d’Angoulême (pour "Quartier lointain" en 2003 et "Le sommet des dieux" en 2005) appréciant les passages méditatifs et les longues introspections. Car si l’archétype du héros selon Taniguchi est un homme à la grande moralité et au coeur d’or, c’est aussi un être meurtri par la disparition d’un être cher, un personnage solitaire qui a dû mal à dévoiler ses sentiments et son mal-être.
Et si le thème de la confrontation entre l’homme et la nature sauvage cher à Taniguchi est ici moins présent, on le retrouve tout de même d’une certaine façon dans la confrontation de son héros avec Tokyo. La ville grouillante de monde aux moeurs surprenants est aussi une sorte de choc entre Shiga et cet environnement urbain. On profite en effet de l’enquête pour découvrir le quartier chaud de Shibuya et surtout un véritable phénomène de société contemporain où nombre de lycéennes japonaises ont des "souteneurs", des hommes plus âgés qui les couvrent de cadeaux pour obtenir leurs faveurs.
Les valeurs familiales et le dépassement de soi à travers l’alpinisme sont les autres thèmes "taniguchiesques" que l’on retrouve ici. Car comme les principaux protagonistes du "Sommet des dieux", Shiga est également alpiniste. Un détail qui n’en est pas un puisque le héros mettra finalement ses capacités sportives au service du sauvetage de Megumi dans des scènes finales spectaculaires.

- Casterman