LE RETOUR A LA TERRE - Tome 5. Les révolutions

La petite grandit, la vie de couple évolue. Un album moins drôle mais tout aussi indispensable dans la série des "Retour à la terre".

Le temps passe, les choses évoluent... Mariette a repris la fac, la petite Capucine commence à marcher, Manu fait du baby-sitting, s’occupe du repassage entre deux planches de BD et suit d’un oeil attentif les élections municipales qui se préparent aux Ravenelles.
Comme d’habitude, à raison de deux strips par page, Ferri et Larcenet imaginent la vraie fausse autobiographie de Manu Larssinet à la campagne. Ferri s’est ici octroyé une large place au sein de l’album puisque son personnage vient passer quelques jours chez Manu pour finir le prochain "Retour à la terre" (notez la fantastique mise en abyme !). On retrouve par ailleurs nos figures campagnardes habituelles comme la vieille Mortemont, monsieur Henri toujours aussi peu disert et évidemment, élections obligent, monsieur le maire bien décidé à se faire réélire. Des personnages qu’on a toujours autant de plaisir à retrouver, auxquels sont venus s’ajouter au fil des albums d’autres créatures étranges comme le vieil ermite au parapluie ou les irrésistiblement drôles Atalantes qui viennent piquer les miettes de thon dans les frigos la nuit !
Petit à petit, la série perd tout de même de sa capacité à nous faire éclater de rire. Sans doute parce que ce qui constituait une grosse partie des gags dans les premiers tomes était le décalage entre Manu et les habitants des Ravenelles, le citadin et les ruraux. Or, Larssinet est lui aussi devenu un petit gars de la campagne en quelque sorte... Mais comme on le disait en début de chronique : le temps passe, les choses évoluent. Ce que l’album a perdu en humour, il l’a donc gagné en profondeur. Manu vit ses petites "révolutions" intérieures et nous, ça nous va très bien comme ça.

- Dargaud