LE RETOUR A LA TERRE - Tome 2. Les Projets

Les aventures de l’homo urbanicus à la campagne, suite. Toujours aussi en forme, Larcenet et Ferri nous reviennent avec un album excellent.

On ne change pas une équipe qui gagne. Le premier tome était drôle, le second l’est encore plus. "Le retour à la terre", c’est l’histoire de jeunes citadins qui s’installe à la campagne et découvre un univers peuplé d’êtres étranges aux coutumes bizarres. C’est aussi l’histoire d’un couple en pleine transition : Manu veut faire un potager et Mariette un enfant. Mais pour Manu, la naissance d’un radis est nettement moins angoissante que celle d’un enfant.

Manu, le héros du "Retour à la terre", "c’est Manu vu par Ferri mais dessiné par Manu sauf que quand le Manu de l’album dessine Manu, il change de style pour pas que l’on voit qu’il dessine comme lui." Simple, non ?

L’album est un bijou d’humour tendre et de sensibilité, aussi bien dans le trait (les expressions de ses personnages valent à elles seules le détour) que dans l’exploration des émotions.On pourrait presque parler d’autobiographie et d’autodérision tant la complicité entre Larcenet et Ferri semble grande.
Mené au rythme soutenu d’un gag par demi-page, l’album raconte pourtant une véritable histoire qui progresse : finalement, c’est décidé, Manu va faire le bébé et ranger les cartons.

De plus, les personnages s’étoffent : outre l’ermite, M.Henri et Mme Mortemont, nos apprentis campagnards cotoyent aussi l’épicier du village (inoubliable dans un sketch sur les gommes à l’eucalyptus courant sur plusieurs gags) et le conseil municipal - le maire en tête - qui a une approche plutôt étriquée de la bande dessinée. En revanche, on regrettera de ne toujours pas voir la fameuse boulangère, une "bombe atomique" selon Manu !

- Dargaud