L’ENRAGE - Tome 1

La rage de vaincre d’un jeune boxeur prêt à tout pour arriver au sommet de la gloire. Un portrait subtil pour Baru qui signe ici un premier tome éblouissant.

Anton Witkowsky comparaît devant la justice. Pour quelle raison ? Il faudra attendre le second et dernier tome de cette histoire pour le savoir puisque ce premier opus relate le parcours de ce jeune homme prêt à tout pour quitter sa banlieue pourrie et changer de vie. C’est décidé, il sera un grand boxeur et ouvrira les portes du paradis avec ses poings.
Dédaigneux, orgueilleux, irrespectueux... A priori Baru ne brosse pas le portrait d’un garçon éminemment sympathique. Sympathique, Anton ne l’est pas vraiment en effet et plus d’une fois on se prend même à le maudire. De fier sans le sou, il est rapidement devenu un richissime orgueilleux et détestable.
Pourtant, tout le talent de Baru consiste à nous le rendre quand même attachant ce véritable enragé de la vie ! Reconnaître que les sévères commentaires de son ancien ami d’enfance devenu journaliste à L’Equipe le touchent ou qu’il rêve que son père lui montre enfin qu’il est fier de sa réussite, cela bien sûr il ne l’avouera jamais. Mais par des détails, des cases distillées ici et là tout au long de ces 72 pages, on entrevoit la face cachée d’Anton Witkowsky.
La rage aux poings, Anton est donc quelqu’un de fragile, capable de sentiments. Et cette fragilité aussi se voit dans le dessin de Baru, avec la même subtilité.Comme d’habitude chez le dessinateur, ses personnages oscillent entre le réalisme et certaines attitudes plus caricaturales qu’il s’agisse des visages ou des silhouettes. Ainsi souvent l’image du Anton sûr de lui, voire violent, laisse la place à un visage plus enfantin avec de grands yeux ronds écarquillés ou de grands éclats de rire plein de fraîcheur.
"L’enragé" n’est pas le premier album de Baru à prendre pour cadre le monde de la boxe : le thème avait déjà été exploré dans "Le chemin de l’Amérique", sacré meilleur album au Festival d’Angoulême en 1991. Le sujet lui portera-t-il de nouveau chance ?
La qualité de ce premier round en tout cas nous fait espérer un round final tout aussi réussi.

- Dupuis