IMADOKI - Tome 5

Yuu Watase clôt ce shojo manga gentillet mais pas inoubliable.

Cinquième et dernier épisode des aventures de Tampopo à Tokyo, une jeune lycéenne originaire de la campagne d’Hokkaido. La jeune fille retourne en catastrophe auprès de son grand-père qui vient d’être hospitalisé et décide de rester définitivement à Hokkaido pour pouvoir veiller sur lui. Elle l’annonce par téléphone à Koki et en profite pour lui déclarer enfin son amour... Pendant ce temps, Erika, qui a dû mal à accepter de ne pas épouser l’un des frères Kougyo, fait une tentative de suicide.
Ce dernier album semble atteindre un point culminant dans les événements catastrophiques avec cette tentative de suicide et le malaise du grand-père. Mais "Imadoki" est un shojo manga (un manga pour jeunes filles) très classique, plutôt gentillet. On ne s’inquiète donc guère pour ces deux personnages. Et de toute façon, on en a guère le temps. Le lecteur est en effet rapidement rassuré sur l’état de santé des deux personnages et tout s’enchaîne alors très vite par des retournements de situation très prévisibles et peu vraisemblables : le jeune homme riche qui refusait d’être l’héritier des affaires de son père pour vivre sa vie, décide tout à coup de rentrer dans le rang. Tampopo, qui a le cœur sur la main, finit par proposer à sa rivale Erika de devenir son amie. Sans oublier le couplet sur l’amitié qui perdure malgré la distance…. Bref, si le graphisme de Yuu Watase est toujours aussi soigné, on a l’impression que l’auteur avait hâte de clôre la série.
La fin de l’histoire arrivant d’ailleurs rapidement, deux histoires courtes viennent compléter ce 5e volume. La première est un épisode de la vie de Tampopo à Hokkaido avant qu’elle ne parte étudier à Tokyo. La seconde n’a pas de rapport avec l’histoire d’Imadoki. Il s’agit de la naissance d’une histoire d’amour entre un garçon et une jeune fille obsédée par la propreté et le contact avec les autres.

- Tonkam