HEIMAT

Une plongée au coeur de l’histoire familiale de Nora Krug, dessinatrice allemande de 46 ans, et de ses non-dits. Un album graphique fait de montages passionnant et sensible.

Heimat. Ce mot allemand n’est pas facile à traduire en français : il désigne un endroit (un pays, un village, une maison d’enfance, etc) "auquel on associe un sentiment de familiarité immédiat", là où sont ses racines, où l’on se sent "chez soi". Pour comprendre qui elle est finalement, Nora Krug, dessinatrice allemande de 42 ans installée à New York, remonte son histoire familiale à Karlsruhe et Külsheim, en suivant notamment les trajectoires de son oncle Franz-Karl, soldat SS tué sur le front italien, et de son grand-père Willi, membre de la Wehrmacht qui a assisté à des scènes de persécutions contre les juifs de sa ville.
Dans ce roman graphique autobiographique foisonnant aux allures de "scrapbook", Nora Krug se penche tant sur le lourd héritage que l’Histoire fait porter à des générations d’Allemands - les Allemands ont un mot interminable pour cela : "vergangenheitsbewältigung" ("accepter son passé politique") - que sur le sentiment d’appartenance à un pays. Aux textes racontant la quête de la dessinatrice se mêlent des dessins et des vieilles photographies de membres de la famille ainsi que des coupures de presse et des documents d’archives. Très dense, l’ensemble est rythmé par des pages de "choses allemandes" (bouilloire, pansements Hansaplast, un savon fabriqué à base de fiel de boeuf, etc) chères au cœur de l’"émigrée nostalgique" qu’est Nora Krug et des trouvailles chinées aux puces liées au passé nazi de l’Allemagne. La petite histoire s’entrecroise avec la grande et le résultat s’avère passionnant autant que bouleversant. A noter qu’"Heimat" faisait partie de la sélection officielle du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2019.

Dessin et scénario : Nora Krug - Editeur : Gallimard BD - Prix : 32,50 euros.