CONFESSIONS D’UNE GLITTER ADDICT

La vie d’une serial modeuse accro aux paillettes et à tout ce qui brille. Autodérision et humour au menu d’une BD girly assumée.

On savait Diglee fan de Lady gaga ("Autobiographie d’une fille gaga"), on la découvre aussi dingue de Julien Doré et surtout de tout ce qui brille, du bling-bling, du doré et de la paillette. Une "glitter addiction" qui commence par l’efficace couverture tout en doré, noir et pailleté avec une Diglee en serial modeuse assumée. Le ton est donné d’entrée. Si depuis l’âge de dix ans vous ne bavez plus devant les sticks de glue à paillettes ou le gel glitter poudre d’or, changez de rayon. Si la BD girly et narcissique vous sort par les yeux, pareil : les sorties shopping avec la BFF (comprendre "Best Friend Forever"), le coach sportif à domicile pour lutter contre la fesse molle, les pires hontes sentimentales, les petits tracas du quotidien et la bande de copains "fashionistos", sont les thèmes récurrents de "Confessions d’une glitter addict". La "vraie" vie sous les paillettes en somme.
Qu’on soit sensible ou non à ce genre d’humour, qu’on soit réceptif ou non à la mode des blogs sur papier, il faut bien avouer que Maureen Windgrove, alias Diglee, a le sens de l’autodérision et le coup de crayon percutant avec un trait dynamique et des personnages expressifs à souhait. Pas étonnant donc que cinq ans après la création de son blog à l’âge de 19 ans, le succès soit toujours au rendez-vous avec plus de 350.000 visites par mois. Les lectrices (lecteurs ?) assidus de son blog reconnaîtront d’ailleurs certains gags dans ce journal de bord romancé et humoristique qui compte aussi beaucoup d’inédits.