ANTON BLAKE - Tome 1. Détective des sentiments

Anton Blake qui vient de perdre l’amour de sa vie, découvre un clochard qui vient d’être assassiné et se lance dans l’enquête. Une nouvelle série policière très agréable imaginée par le duo argentin Trillo-Bobillo.

Anton Blake est l’auteur d’un comic strip à succès et surtout un futur jeune marié heureux. Mais sa vie bascule lorsque sa fiancée Tamara se suicide sans raison connue. Une nuit, au volant de sa voiture et perdu dans ses pensées, il écrase un clochard... En fait, il s’avère que l’homme était déjà mort, écrasé à plusieurs reprises par un 4x4. Mack, amie flic d’Anton, l’embarque avec lui dans l’enquête, histoire de lui changer les idées.
Le principe rappelle "Halloween Blues" de Kas et Mythic (Le Lombard) par exemple. Chaque volume présente un récit complet avec une enquête résolue à la fin de l’album mais le mystère du suicide de Tamara se poursuivra comme un "fil rouge" sur l’ensemble de la série. Pourquoi cette jeune femme qui semblait heureuse a-t-elle commis l’irréparable ? Nous n’en saurons rien, les deux auteurs argentins privilégiant dans ce premier tome la douleur d’Anton et ses interrogations sur le thème "on ne connaît jamais vraiment une personne comme on croit la connaître".
L’enquête policière en elle-même est très bien construite même si on se doute du dénouement avant la fin. Mais c’est surtout le soin apporté aux protagonistes qui donne son charme à cette nouvelle série. Dans ce premier tome, c’est évidemment le personnage d’Anton Blake qui est mis en avant mais ceux de son amie Mack et de Lester, autre copain d’Anton et coureur de jupons invétéré, sont eux aussi bien esquissés.
Graphiquement également, l’album est une belle surprise : les visages sont expressifs (la fatigue physique et morale d’Anton fait pitié à voir !), les planches réalisées à l’aquarelle sont réussies et plutôt inattendues dans ce type de récit. On devine même sous les coups de pinceaux, le trait rouge des différentes ébauches des cases.
Logiquement, le prochain épisode devrait nous plonger dans une autre enquête. Si "Anton Blake" réussit alors à éviter l’écueil dans lequel est tombé "Halloween Blues" - une intrigue de fond qui n’avance pas d’un pouce au fil des tomes -, Trillo et Bobillo devraient nous livrer une série des plus intéressantes.

- Casterman