ANDY ET GINA - Tome 4. Fratrie party

Toujours aussi absurde, le nouvel "Andy et Gina" comblera les fans d’humour noir. Totalement hilarant !

« Je m’appelle Gina et je vis parmi les fous ! ». On est bien forcé d’être d’accord avec la gamine quand on voit l’état de sa famille qui n’en finit pas de plonger allègrement dans le glauque, le cynisme, le caustique et l’immoralité la plus totale. Bref, si vous détestez l’humour noir, passez vite votre chemin. Sinon, c’est à un album vraiment délirant - et ayant dépassé depuis longtemps les limites du bon goût ! - auquel vous aurez droit.
Après une bref séjour en ville dans le 3e tome, Gina, son frère Andy, son père alcoolo et sa pauvre mère mutilée retournent à la campagne. Là, ils se font héberger par une vieille connaissance, Roudoudou, le loup-garou végétarien.
Comme d’habitude, l’album se compose d’une succession de 10 gags en quelques planches dans un univers inspiré de la famille Adams et des films de Tim Burton, dans lequel ivrognes et psychopathes sont rois. Relom n’hésite donc pas à relater les amours interdits du père d’Andy et Gina avec le loup-garou, de le faire tomber "enceint" ou de dévoiler dans un documentaire inoubliable la vie sexuelle méconnue des lapins... Fidèle aux précédents opus où la pauvre mère de famille finit toujours avec un bout de quelque chose en moins, le dessinateur a même le culot de raccourcir encore un peu plus ce qu’il reste d’elle, à savoir juste une tête ! on croyait cela impossible, Relom l’a fait. Mais jusqu’où ira-t-il ?!

- Fluide Glacial