ALIM LE TANNEUR - Tome 1. Le Secret des eaux

Quand un homme au bas de l’échelle sociale découvre soudain une vérité capable de remettre en cause les fondements même de la religion. Un thème sérieux pour un récit des Mille et une nuits plein de douceur et d’humour. A ne pas manquer !

Au sein du très policé Empire de Jésameth, Alim le tanneur et sa fille Bul font partie des "hors-caste", la position la plus basse dans l’échelle sociale. Leur rôle : dépecer les sirènes tueuses qui viennent s’échouer sur la plage. Or un jour, ils découvrent dans le ventre d’une de ses bestioles un casque et une épée ressemblant étrangement à l’équipement de Jésameth, héros mythique censé être allé à la rencontre des dieux pour leur demander de protéger la cité. Les autorités religieuses, qui entretiennent savamment le culte de Jésameth depuis, verraient certainement d’un mauvais œil une telle trouvaille...
Comment faire d’un sujet sérieux et relativement classique à la base (un faible seul contre l’obscurantisme religieux et la société, jeté sur les routes où il va vivre de nombreuses aventures), un album plein de fraîcheur et d’humour ? Associer dans un même duo Wilfried Lupano et Virginie Augustin par exemple.
Wilfried Lupano, le scénariste de "Little big Joe", s’attaque ici au pouvoir religieux manipulateur et despotique qui bride les hommes, endoctrine une société entière au point de lui faire accepter les sacrifices humains et toutes sortes d’interdits absurdes.
Certes, le thème n’est pas franchement réjouissant mais Lupano l’enrobe d’une bonne dose d’humour et les décors et les costumes rappellent un conte oriental avec des personnages extrêmement attachants tout en rondeur. Virginie Augustin vient de l’univers de l’animation où elle a notamment travaille sur "Tarzan et Hercule" pour Disney et "Corto Maltese". Et ça se voit. La petite Bul a un petit air de Lilo dans le dessin animé "Lilo et Stitch" mais surtout l’expressivité des personnages - du pépé édenté à la petite fille en passant par le soldat benêt - est vraiment très soignée. On jurerait qu’ils vont s’animer dans la case d’un moment à l’autre.
Le graphisme est donc réellement de toute beauté, tout en finesse et délicatesse. Une impression de douceur amplifiée par les couleurs à dominante pastel. Ne vous arrêtez pas à la couverture qui est graphiquement un peu en dessous par rapport à la richesse des pages intérieures. Pour un premier essai dans le monde de la BD, c’est une réussite !
Cette nouvelle série démarre donc très fort. On regrettera juste le manque de grosses surprises au niveau de l’intrigue dans ce premier tome même s’il se lit sans aucun ennui. Mais il est vrai qu’il s’agit avant tout d’un album de présentation. Les auteurs devraient d’ailleurs disposer de quelques rebondissements sous la main puisque la série est prévue en quatre tomes.
"Alim le tanneur" fait partie de l’opération Cartes de légendes de Delcourt qui offrent des cartes illustrées à jouer (ou à collectionner) à l’achat de certains albums.

- Delcourt