AL’TOGO - Tome 4. SMS Republik

Des attentats pour dénoncer le pouvoir des médias. Une nouvelle affaire pour l’Europolice et un nouvel opus un peu confus par moments mais à la hauteur de la série.

Direction la Grèce avec cette nouvelle affaire pour l’Europolice, la force de police transfrontalière européenne à laquelle appartient Al’Togo : suite à l’envoi massif de SMS à travers l’Europe, un large éventail de médias - du kiosque à journaux portugais au présentateur vedette de la TV lituanienne - est victime d’attentats à quelques heures d’intervalle.
Albertus M’Natogo, alias Al’Togo, est un personnage attachant qu’on découvre un peu plus au fil des tomes. Son enfance tragique en Afrique, son frère hospitalisé dans le coma et ses problèmes conjugaux sont autant d’éléments de sa vie venant interférer ici dans l’histoire principale qui reprend un thème récurrent chez Morvan : le pouvoir de manipulation des médias.
Ce quatrième tome est donc particulièrement dense à tel point qu’on s’y perd même un peu au début, Morvan multipliant les allers-retours entre les déboires personnels d’Al’Togo, l’arrivée des flics de l’Europolice en Grèce et le groupe des méchants. Les planches de Savoia pleines de petites cases et de petites bulles n’aident d’ailleurs pas à clarifier le tout. Heureusement, ce sentiment de confusion disparaît ensuite et l’on retrouve ce qui fait le charme de la série, à savoir des intrigues contemporaines réalistes, de l’action et une pointe d’humour. Ne cherchez pas cependant le rapport avec l’intrigue et la couverture montrant un héros bien mal en point, bizarrement cette image ne fait référence qu’à la toute dernière planche de l’album.

- Dargaud