Trondheim : à quand Michel-Edouard Leclerc ?

Dans une interview à "Sud Ouest", le nouveau président du jury du Festival d’Angoulême s’estime satisfait du départ du directeur de la manifestation. En attendant celle du patron des centres Leclerc...

Lewis Trondheim nous avait déjà prévenu le jour de son élection à la présidence du jury du Festival d’Angoulême : il souhaite le départ de Michel-Edouard Leclerc. Dans une interview au quotidien Sud Ouest (25/02), il récidive en déclarant : "Il ne reste plus qu’à faire partir Leclerc, qui rappelons-le, oeuvre pour l’abolition du prix unique du livre. Ce qui causerait des dommages irréparables au milieu. Les petits libraires qui sont nos plus fidèles alliés finiraient par fermer boutique face aux gros distributeurs, entraînant dans leur sillage bon nombre d’éditeurs indépendants et bien plus d’auteurs par effet boule de neige." Le souhait de Trondheim a toutefois les plus grandes chances du monde de rester lettre morte, le groupe Leclerc étant partenaire de longue date de la manifestation et l’un de ses principaux sponsors privés.
Le nouveau Grand Prix pourra se consoler avec le licenciement de Jean-Marc Thévenet, directeur du Festival : "Je prends la chose plutôt très bien" déclarait Trondheim au quotidien. "Je pense que c’est une vraie mue qu’est en train d’accomplir le festival. Une mue pour le bien du festival, d’Angoulême et de la bande dessinée".
Cette crise aura en tout cas donner à Lewis Trondheim l’envie de s’investir d’avantage, de son propre aveu. De quelle façon, on le saura peut-être bientôt : "J’ai une réunion de travail le 13 mars. Je verrai à ce moment quelles sont mes latitudes de mouvement."