Tintin au Congo : l’affaire prend un tour judiciaire

Un étudiant congolais dénonce le caractère "raciste" de l’album et porte plainte en Belgique.

La polémique continue d’enfler autour du 2e volume des aventures du petit reporter d’Hergé, Début juillet, l’éditeur Borders demandait aux librairies britanniques de reléguer "Tintin au Congo" au rayon BD adultes à cause d’"images et de dialogues porteurs de préjugés racistes abominables". Quelques semaines après, en Afrique du Sud, Human and Rosseau, l’éditeur en afrikaans des "Tintin", décidait de ne pas publier de version afrikaans de l’album.
Fin juillet, l’affaire a pris un tour judiciaire : un étudiant congolais en sciences politiques à Bruxelles, Bienvenu Mbutu Mondondo, a porté plainte devant la justice belge pour dénoncer le caractère "raciste" de l’album et demande qu’il soit retiré de la vente. L’étudiant a déposé plainte contre X et contre la société Moulinsart qui commercialise les albums de Tintin. Il réclame 1 euro de dommages et intérêts. "Il n’est pas admissible que Tintin puisse crier sur des villageois qui sont forcés de travailler à la construction d’une voie de chemin de fer ou que son chien Milou les traite de paresseux" a-t-il expliqué.
L’affaire ne devrait pas être examinée par la justice belge avant septembre et une décision pourrait prendre jusqu’à six mois.
Marcel Wilmet, le porte-parole de la société Moulinsart s’est étonné "que cette polémique renaisse aujourd’hui, alors qu’Hergé s’était expliqué". Dans les années 70, l’auteur belge avait en effet reconnu que "pour le "Congo" tout comme pour "Tintin au pays des Soviets", il se fait que j’étais nourri des préjugés du milieu bourgeois dans lequel je vivais... C’était en 1930. Je ne connaissais de ce pays que ce que les gens en racontaient à l’époque (...). Et je les ai dessinés, ces Africains, d’après ces critères-là, dans le pur esprit paternaliste qui était celui de l’époque en Belgique."

- "Tintin au Congo" relégué au rayon BD pour adultes
- "Tintin au Congo" malvenu en Afrique du Sud