"Tintin au Congo" : direction le musée des colonies ?

L’album de Hergé "a sa place dans un musée où il pourra être consulté par des adultes qui veulent tout savoir de l’époque coloniale" selon le Conseil représentatif des Associations noires de France.

Le Tribunal de première instance de Bruxelles a reporté au 31 mai le règlement de questions de procédure soulevées par une avocate de Moulinsart SA et de l’éditeur Casterman dans le procès qui les oppose au Congolais Bienvenu Mbutu Mondondo. L’avocate demande notamment que la plainte déposée pour les "écrits à caractère raciste et offensant envers les Noirs" dans l’album "Tintin au Congo" de Hergé soit portée devant un tribunal de commerce.
Lors de l’audience, le président du Conseil représentatif des Associations noires de France (Cran), Patrick Lozès, est venu appuyer la démarche de Bienvenu Mbutu Mondondo : "Cet ouvrage a sa place dans un musée où il pourra être consulté par des adultes qui veulent tout savoir de l’époque coloniale" a ainsi déclaré le président de l’association à l’AFP. S’il n’a pas réclamé le retrait de la vente de l’album incriminé, il a toutefois réclamé qu’un bandeau soit apposé et qu’un avertissement au lecteur soit inséré en préface.
Avant même d’être jugée par le tribunal, l’affaire promet d’être encore longue : selon un représentant de Bienvenu Mbutu Mondondo, la Commission des droits de l’Homme de l’Union africaine pourrait être saisie. Quant au Cran, il menace de saisir aussi la justice française.