Siné à Sarkozy : "Vous chiez dans la colle"

Qualifié de "racaille antisémite" sur Dailymotion par le compte officiel du chef de l’Etat, le dessinateur réclame des "excuses publiques".

Etrange affaire. Tout démarre dans Le Grand Journal de Canal+ le 13 mars dernier. Le chroniqueur Vincent Glad y révèle que des commentaires laissés il y a plus de deux ans par le compte officiel de Nicolas Sarkozy sous une vidéo Dailymotion insultent Yann Barthès, Rémi Gaillard et Siné., traité de "racaille antisémite" (1).
Aussitôt, Siné réclame des "excuses publiques" au président de la République dans une lettre adressée également à la presse. "Nous n’avons pas gardé les cochons ensemble pour que vous vous croyiez autorisé à vous adresser à moi dans votre langage châtié coutumier" écrit-il avant de poursuivre : ""Pauvre con, j’aurais pu comprendre mais "racaille antisémite" là, à mon humble avis, vous chiez dans la colle" (...) "Avec ces propos orduriers on nage dans l’excrémentiel et si, comme dans le bon vieux temps, le duel existait encore, je vous aurais invité à laver cette offense sur le pré à coup de pistolet." Et de conclure : "En attendant vos excuses, je lève mon verre, mais pas à votre santé !"
Sarkozy est-il vraiment l’auteur de ces messages ? D’après Le Lab d’Europe 1, l’explication est assez simple : ces commentaires ont été écrits avant que le compte "NicolasSarkozy", qui appartenait à un "cyber-squatteur", ne revienne entre les mains de l’équipe officielle du chef de l’Etat. Selon Manuel Diaz, patron d’Emakina France, prestataire pour la web-campagne de Nicolas Sarkozy, Dailymotion a tout simplement omis de supprimer les historiques avant la transmission du compte. "Les commentaires ne sont bien sûr pas les notres, mais ceux de la personne qui détenait le compte avant nous" précise-t-il.
Vrai ou faux ? En tout cas depuis la révélation de leur existence, ces étranges commentaires ont été supprimés.

(1) En 2008, Siné avait été licencié de Charlie Hebdo pour avoir ironisé sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage avec la fille du fondateur des magasins Darty. Poursuivi pour "incitation à la haine raciale" par la Licra, le dessinateur est relaxé en 2009. La Licra fait appel. Le 26 novembre 2009, la cour d’appel de Lyon annule la citation de la Licra. Le 28 septembre 2010, la Cour de cassation annule la relaxe au motif
qu’on ne pouvait reprocher à la Licra de ne pas avoir payé une consignation que le tribunal n’avait pas fixée.