Sarko de A à Z

Le président ne parle pas le même français que nous. "Le Dico Sarko" de Charb décrypte avec humour le langage sarkozyste.

La vague des ouvrages consacrée au Chef de l’Etat n’est pas terminée. Pour preuve, après "Conte de fée à l’Elysée" (Jul, Vent des savanes) et "Sarkorama" (Pétillon, Dargaud) entre autres, le tout nouvel éditeur BD 12Bis publie "Dico Sarko, l’indispensable manuel de survie en Sarkozie" de Charb, le rédacteur en chef adjoint de Charlie Hebdo et habitué de Fluide Glacial. Le "Dico Sarko" n’est certes pas une bande dessinée mais des dessins viennent illustrer ce dictionnaire pas comme les autres qui constitue en fait, de l’aveu même du linguiste Alain Rey dans la préface, "un Kärcher anti-Sarko, façon arroseur-arrosé" : un millier de mots de cette "novlangue" sont ainsi passés au crible et bénéficient avec humour d’une traduction sarkozienne.
Et le résultat de cette "droitisation" de la langue française donne par exemple ceci :

  • Domestique n. Secrétaire d’Etat.
  • Gauche adj. Qui est maladroit, emprunté lorsqu’il bricole, qui est dangereux quand il gouverne.
  • Menacer v.tr. Téléphoner directement à un journaliste.
  • Ministre n. m. Attaché de presse du président de la République.
  • Télécommande n. f. Instrument sur lequel le téléspectateur appuie pour passer d’une interview du Président à un reportage sur le Président.
  • Toit n.m. Ce que certains estiment être un droit. Un toit, c’est un droit. Il faudrait offrir à ces gens un dictionnaire de rimes. Il s’apercevraient, ces poètes, que "toit", ça rime aussi avec "trouve d’abord un emploi" et "arrête de payer tes loyers avec des chèques en bois.

On regrettera que le fameux "Casse-toi, pauv’ con" qu’a laissé échappé le président de la République au Salon de l’agriculture ne figure pas dans le dictionnaire imprimé sans doute trop tard de toute façon. Mais nul doute que si une édition revue et corrigée venait à sortir, l’expression ne manquerait pas d’inspirer Charb..

"Dico Sarko" de Charb, éditions 12bis. 10,50 euros.