Raymond Maric est décédé

Le dessinateur, scénariste, journaliste et ancien rédacteur en chef des magazines "Bibi Fricotin" et "Les pieds nickelés" est décédé à l’âge de 78 ans.

Journaliste, dessinateur et scénariste de bande dessinée, Raymond Maric est décédé le 12 septembre 2005 à l’âge de 78 ans.
De son vrai nom, Raymond Chiavarino, il avait débuté dans Cendrillon en 1943 avec "A bout de force" qu’il scénarise et co-dessine (avec Maccario). Il n’a alors que 16 ans. Après la Seconde guerre mondiale, Il devient caricaturiste sportif pour L’Espoir et Le Patriote, deux journaux niçois, puis secrétaire de rédaction à Miroir sprint où il rencontre René Pellos. Ce dernier le présente aux responsables de la Société Parisienne d’Edition (SPE) pour lequel il scénarise notamment plusieurs épisodes de "Charlot" (pour Jean-Claude Forest), "Bibi Fricotin" (pour Lacroix), Bicot" (pour Serna et Forest) et "Les Pieds Nickelés" (pour Pellos). Parallèlement, il adapte en bande dessinée pour la presse française "Droopy", "Bob et Bebop" et "Tom et Jerry" et s’occupe des jeux et suppléments pour enfants dans Le Hérisson, France-Soir, Télé 7 jeux, Le Parisien libéré, La Vie catholique, etc.
En 1971, Raymond Maric devient rédacteur en chef du Journal de Bibi Fricotin et du Journal des pieds nickelés. Il n’arrête pas pour autant d’écrire pour la bande dessinée : en 1978, suite à la disparition de Maurice Thillieux, il reprend notamment le scénario de la série "Marc Lebut" (dessin de Francis) publiée dans Spirou. Dans les années 90, il se lance encore dans la série des "Morin Lourdel" avec Baron Brumaire (remplacé par Chouin pour le tome 4 paru en avril 2005), "Courtisanes" avec Pierre Frisano et "Relations publiques" avec Thomas Frisano (Glénat). En 2001, il publiait aux Editions Carabas, "Estelle" (dessin de Jack Manini), l’histoire d’une petite suffragette au début du XXe siècle.