Le Festival d’Angoulême "au bord du drame"

Le directeur de la manifestation tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les subventions et l’avenir du festival.

Comme tous les ans à cette époque, les organisateurs du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême poussent un cri d’alarme concernant leurs finances. Dans un article publié par Charente libre, Franck Bondoux, le directeur de la manifestation, déclare : "Nous sommes au bord du drame si rien ne bouge". En cause : les 145.000 euros de subvention qui ne sont toujours pas versés par le Département pour l’édition 2011 et qui empêche la clôture des comptes. Si cela ne peut être fait avant fin octobre, le festival ne pourra prétendre aux versements des subventions pour l’exercice 2012, explique le quotidien.
Remonté comme une pendule, Franck Bondoux en profite pour dénoncer l’attitude de la Cité de la BD dirigée par Gilles Ciment et avec laquelle les relations sont de plus en plus tendues : "Elle est où la « bonne conduite » réclamée par Gilles Ciment quand celui-ci appelle directement Art Spiegelman pour lui proposer une exposition ? (...) Et en plus, la Cité se tourne vers nous pour nous demander de payer l’exposition parce qu’elle n’a pas d’argent !"