Le directeur du festival d’Angoulême définitivement licencié

Jean-Marc Thévenet a été définitivement licencié par décision prise à la majorité du bureau du Festival. L’intérim sera assuré par un triumvirat.

C’est officiel, le bureau du Festival international de bande dessinée (FIBD) d’Angoulême vient de décider à la majorité du licenciement de son directeur général "sur la base d’éléments graves et concordants". On reproche essentiellement à Jean-Marc Thévenet de n’avoir pas respecté une clause d’exclusivité en travaillant pour la future biennale d’art contemporain du Havre. Il percevait 10.000 euros environ d’honoraires par mois pour cette mission et touchait 6.000 euros auprès du FIBD.
Le festival annonce que l’intérim du directeur sera assuré par trois co-directeurs Frank Bondoux, Jean-Luc Bittard et Benoît Mouchard, les deux derniers étant déjà des responsables du FIBD. Il ajoute que "tout sera fait pour assurer à Angoulême la pérennité de cet événement incontournable".
Dans un communiqué à l’AFP, Jean-Marc Thévenet a de son côté annoncé qu’il engageait une procédure devant les prudh’hommes. "Je tiens à protester contre cette rupture abusive de mon contrat", a-t-il dit. Evoquant une clause d’exclusivité, il a ajouté : "Il était de notoriété publique que j’ai accepté une mission de consultant pour la prochaine biennale d’art contemporain du Havre. Il sera établi que le temps que j’y ai consacré a été minime et n’a, en aucune manière, pu nuire à la préparation du festival". "Je prouverai que j’ai rempli la totalité de mes obligations et que les allégations que je conteste sont plus motivées par des intérêts personnels que la réalité des faits".