Le capitaine Haddock inspiré par Céline ?

Hergé aurait puisé certains jurons du capitaine Haddock dans un pamphlet antisémite de Céline.

Pour créer les célèbres jurons du capitaine Haddock, Hergé aurait puisé directement dans les pages de "Bagatelles pour un massacre", le pamphlet antisémite de Louis-Ferdinand Céline interdit de publication depuis la guerre. C’est en tout cas ce qu’affirme Emile Brami, auteur d’un ouvrage sur Céline ("Céline", Editions Ecriture) dans une interview donnée récemment au magazine "Lire". Si Emile Brami avoue n’avoir "aucune certitude absolue", il dit disposer "d’un extraordinaire faisceau de présomptions".
Le capitaine Haddock fait officiellement son apparition dans les aventures de Tintin avec "Le crabe aux pinces d’or", dont la publication débute en 1940 dans le quotidien belge Le Soir aux ordres de l’occupant allemand. Mais le personnage du capitaine Haddock apparaît pour la première fois en 1938 dans le travail d’Hergé. La parution de « "Bagatelles pour un massacre" » de Céline date de la même année.
En relevant les jurons dans "Le crabe aux pinces d’or", Brami en a retrouvé un bon nombre dans le livre de Céline : 14 pour être précis, de "Parasite" à "Iconoclaste" en passant par "Aztèque", "Noix de coco" ou "Ornithorynx (Ornithorynque)". Ce dernier par exemple apparaît dans "Bagatelles pour un massacre" pour désigner Yubelblat, le médecin juif, patron de Céline à la S.D.N. "Macaques" qui s’adresse cette fois à des Arabes dans "Tintin » fait partie aussi des insultes de "Bagatelles" tout comme "Sapajou" qui fera son apparition dans la bouche du capitaine Haddock dans "L’étoile mystérieuse".
Hergé a-t-il lu l’ouvrage en question, Emile Brami avoue son ignorance mais rappelle que le dessinateur belge évoluait à cette époque "dans une mouvance très à droite, naturellement antisémite" qui avait "accueilli avec enthousiasme la parution" du pamphlet de Céline. Cette possible influence de Céline sur Hergé concerne surtout les premiers albums avec le capitaine Haddock, selon Emile Brami qui admet que "très vite, Hergé, qui est un créateur, s’est démarqué de l’influence initiale de Céline et a inventé un système autonome". Le travail d’Emile Brami sur ces jurons sera réuni dans un ouvrage publié à l’automne prochain aux Editions Ecriture.
La polémique sur l’antisémitisme d’Hergé, alias Georges Rémi, n’est pas nouvelle. Certains spécialistes ont même fait de Léon Degrelle, dirigeant du mouvement fasciste belge Rex, l’un des modèles qui inspira Tintin. Si antisémitisme il y a chez "Tintin", l’album suivant immédiatement "Le Crabe aux Pinces d’or" - "L’étoile mystérieuse" - est d’ailleurs nettement plus clair. Dans cet album, Tintin participe à une expédition chargée de mettre la main sur un énorme fragment de météorite tombé dans l’océan arctique. Mais le fragment intéresse également une expédition rivale arborant le drapeau américain. Dans la version originale de l’album, cette expédition rivale est financée par un banquier du nom de Blumenstein qui, physiquement, correspond bien à la caricature antisémite. Une case de l’album montrera également deux usuriers, eux aussi très typés, se réjouir de la fin du monde et du profit qu’ils pourraient en tirer...
Plus tard, Hergé justifiera ces "engagements" par sa jeunesse et son "innocence" et traînera toute sa vie le remords de s’être mêlé à la droite la plus extrême.
Reste que le parallèle fait entre Céline et le Capitaine Haddock par Emile Brami n’est pas sans rappeler celui qu’avait fait il y a quelques années Jean-Paul Tomasi et Michel Deligne dans "Tintin chez Jules Verne". Les auteurs y comparaient notamment le Capitaine Haddock et un certain Pencroff ("L’île mystérieuse" de Jules Verne). Eux aussi voyaient dans ce marin doté d’un registre d’insultes impressionnant - "Mais c’est un singe, un macaque, un sapajou, (...) un sagouin !" - un ancêtre du Capitaine Haddock d’Hergé...

De nombreux sites se sont amusés à lister les injures prononcées par le Capitaine Haddock. Parmi ceux-ci, le très agréable tintin.com (menu "Les aventures de Tintin", "les personnages" puis la rubrique en bas intitulée "Bachi Bouzouk").
Ou bdenvrac.com, et fjaunais.free.fr (très précis sur l’album et le n° de la case).