Festival d’Angoulême : la géguerre continue

Malgré le bilan positif de l’édition 2011 du festival, les tensions politiques entre les organisateurs, la Cité de la BD et le conseil général sont toujours vives.

Alors que le festival international de la bande dessinée d’Angoulême a cette année encore franchi la barre des 200.000 visiteurs en quatre jours (218.000 exactement), la guerre à laquelle se livrent la Cité de la BD et le festival n’en finit pas.
On la croyait pourtant enterrée depuis l’annonce en décembre dernier de la signature d’une convention triennale, avec l’organisateur du festival 9e Art+, présentée alors comme un "accord historique". Or, selon le conseil général, contrairement aux apparences, il n’aurait jamais signé cette convention vient de révéler le quotidien Charente Libre. Au coeur du problème : la mauvaise prise en compte de la Cité de la BD dans la manifestation. Michel Boutant, président du conseil général et de la CIBDI, ne signera aucune convention avec 9e Art+ avant d’avoir négocié un accord satisfaisant au préalable avec la Cité...
Et ce n’est pas gagné au vu de ce qui s’est passé durant le festival 2011 : la CIBDI a été contrainte de retirer de son site internet toute mention relative aux expositions organisées par le festival dans ses locaux tandis que Michel Boutant a boycotté les manifestations officielles !
Résultat, la question reste en suspens : le conseil général versera-t-il les subventions promises à l’organisateur du festival ?