Fabrice Neaud interdit de séjour à Viroflay

Invité à la bibliothèque de la commune des Yvelines pour y parler d’autobiographie en BD, le dessinateur aurait vu sa prestation annulée au dernier moment sous la pression d’un élu homophobe.

Les Editions Ego comme X sont en colère et s’en font l’écho dans un communiqué. L’un de ses auteurs, Fabrice Neaud accompagné de Loïc Néhou qui dirige la maison d’édition, étaient invités ce dimanche 17 avril 2005 à la bibliothèque de Viroflay dans les Yvelines pour y parler d’autobiographie en bande dessinée.
Mais la veille, la directrice de la bibliothèque annonce à l’éditeur l’annulation de la rencontre sur demande du conseil municipal. Un élu aurait fait irruption en plein séance de conseil en hurlant qu’il était honteux que la ville s’apprête à accueillir des gens faisant l’apologie de la pornographie et de l’homosexualité ! À l’appui de sa protestation, il brandissait un tract reproduisant deux pages extraites du "Journal (1)" de Fabrice Neaud (Alph’Art Coup de cœur au Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême en 1997) qu’il menaçait de distribuer dans toutes les boîtes aux lettres viroflaysiennes, explique-t-on alors aux Editions Ego comme X. Le même élu menaçant également de venir perturber la rencontre, si celle-ci devait avoir lieu.
L’attachée de presse des Editions Ego Comme X qui a contacté l’élue chargée de la culture, Mme Faulhaber, n’a pu obtenir ni le nom de l’élu, ni son fameux tract. D’ailleurs, selon cette élue, il s’agirait en fait seulement d’une "erreur de programmation", le contenu "pornographique" supposé (l’on ne parle plus désormais d’apologie de l’homosexualité) de l’album étant incompatible avec la remise d’un prix de la BD pour enfant décerné le même jour. Sauf que, note Ego comme X dans son communiqué, "la rencontre était prévue depuis cinq mois et avait l’aval du conseil municipal"...