Angoulême 2007 : les lauréats

Le Grand Prix d’Angoulême excepté, les différents prix du FIBD ont été décernés ce samedi soir au Théâtre d’Angoulême lors de la soirée officielle de remise des prix.

  • Le Prix du meilleur album de bande dessinée (44 albums en lice) revient à "NonNonBâ" du Japonais Shigeru Mizuki (Editions Cornélius).
    L’album avait été choisi par le FIBD dans la sélection officielle parce qu’"Avec le récit rural de "Non Non Bâ", Mizuki réussit la fusion de "La Guerre des boutons" et de "Cthulhu" de Lovecraft, en télescopant le folklore archaïque du Japon (et ses rites animistes ancestraux) et l’observation sociale contemporaine. Sans pathos ni complaisance, un Ovni dans l’actualité éditoriale, qui nous fait décoller bien haut..."
    "NonNonBâ" met en scène une petite ville de la côte ouest du Japon au début des années 1930. NonNonBâ, une vieille dame mystique et superstitieuse, est accueillie dans la famille du jeune Shigeru. Encyclopédie vivante des croyances et légendes populaires de la région, elle abreuve l’imaginaire déja débordant du garçon d’histoires de monstres et de fantômes. Les yôkaï, ces créatures surnaturelles qui peuplent l’univers des hommes, deviennent vite les compagnons de rêveries quotidiens de Shigeru, qui trouve en eux d’excellents guides pour visiter les mondes invisibles. Si ces voyages l’aident à fuir et à comprendre les émotions parfois compliquées qui naissent dans son coeur, ils embrouillent aussi considérablement sa vie quotidienne : il est déjà bien assez difficile de savoir à qui se fier sans que des monstres bizarres et malicieux viennent s’en mêler...
  • Les Essentiels d’Angoulême sont décernés à "Black Hole" de Charles Burns chez Delcourt ;
    "Lucille" de Ludovic Debeurme chez Futuropolis ;
    "Lupus" de Frederik Peeters chez Atrabile ;
    "Le photographe" de Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre, Fréderic Lemercier chez Dupuis ;
    "Pourquoi j’ai tué Pierre" d’Olivier Ka & Alfred chez Delcourt.
  • L’Essentiel "révélation" est attribué à la BD "Panier de singe" de Jerôme Mulot & Florent Ruppert (L’Association).
    Ce livre est composé d’histoires courtes (dont certaines ont été vues dans Ferraille) qui varient entre compositions photographiques à base de prostituées mutilées et scènes de zoophilie nocturnes.
  • Le Prix du Patrimoine (six albums en compétition a été remis à "Sergent Laterreur" de Touïs & Frydman (L’Association).
    Publiés entre 1971 et 1973, les aboiements du Sergent Laterreur ont durablement impressionné les lecteurs de l’époque, fascinés autant par la bêtise du Sergent - et la docilité de la troupe que symbolise un énorme et unique troufion. Une fable antimilitariste qui se retrouve grâce à ce volume au grand complet et en couleurs.

Par ailleurs, nous vous proposions en décembre dernier de vous mettre dans la peau du jury d’Angoulême en votant vous-mêmes pour vos albums préférés. Voici les gagnants (Voir les résultats complets), à comparer avec ceux du véritable jury :

  • "Le photographe" d’Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier (Dupuis) et Universal War One UW1) de Denis Bajram (Soleil) sont arrivés ex-aequo (11,6%) pour le Prix du meilleur album.
  • Vous avez choisi comme Essentiels d’Angoulême (au nombre de 7 ici pour cause d’ex-aequos) : "Le photographe" (Guibert, Lefèvre, Lemercier chez Dupuis), "Lupus" (Peeters chez Atrabile), "Magasin général" (Loisel & Tripp chez Casterman), "Lucille" (Debeurme chez Futuropolis), "Le marquis d’Anaon" (Vehlmann & Bonhomme chez Dargaud), "Pourquoi j’ai tué Pierre" (Ka & Alfred chez Delcourt) et "Black Hole" (Burns chez Delcourt).
  • Enfin, pour le Prix du Patrimoine, vous avez élu à une très grosse majorité (53.2%) "Little Nemo" de Winsor McCay (Delcourt).

Un grand merci à tous ceux qui ont bien voulu participer à notre sondage !