RETOUR SUR BELZAGOR - Episode 1

, par Estelle

Un militaire retourne sur une ancienne planète colonisée rendue à sa population autochtone. Une plongée dépaysante dans un univers luxuriant et un message intéressant sur les méfaits du colonialisme.

La planète Belzagor est une ancienne colonie rendue à ses deux espèces autochtones intelligentes : les Nildoror et les Sulidoror. Un couple de scientifiques ayant décidé d’assister à leur rituel secret, la cérémonie de la renaissance, l’ancien lieutenant Eddie Gundersen, pour qui la planète est un lieu chargé de souvenirs, endosse le rôle de guide.
Prévu en diptyque, "Retour sur Belzagor" est d’abord une plongée extrêmement riche et dépaysante dans un monde que les amateurs des "Mondes d’Aldébaran" de Léo apprécieront : une nature luxuriante, de belles plages, des paysages embrumés et une faune originale, entre ce reptile géant, ces drôles d’éléphants à épine dorsale intelligents et ces humanoïdes rouges aux membres démesurés. Les planches de l’Italienne Laura Zuccheri ("Les Épées de verre" avec Sylviane Corgiat) sont riches en détails et on ne se lasse pas de découvrir Belzagor en même temps que le couple de scientifiques.
Mais "Retour sur Belzagor" est une adaptation des "Profondeurs de la Terre" de Robert Siverberg, un roman de science-fiction paru en 1970 aux Etats-Unis traitant des effets néfastes de la colonisation. Le scénario de Philippe Thirault ("Mandalay", "O’Boys") est donc lui aussi plutôt riche : l’époque où Belzagor était une colonie resurgit au gré des différents flashbacks, montrant le comportement détestable des colons et expliquant les rapports actuels entre les personnages. Des individus d’ailleurs peu sympathiques, entre un guide et un couple de scientifiques peu respectueux de la culture indigène et un commandant raciste, drogué et à moitié fou… Les inimitiés apparaissent, la tension monte, l’atmosphère se fait oppressante. Ce premier tome constitue une belle entrée en matière. Suite et fin annoncée à la rentrée 2017.

Dessinatrice : Laura Zuccheri - Scénariste : Philippe Thirault, d’après l’oeuvre originale de Robert Silverberg - Editeur : Les Humanoïdes Associés - Prix : 14,20 euros.