LA PLUIE DES CORPS

, par Estelle

Des corps nus pleuvent soudain sur un village. Anne et Paul sont chargés de veiller sur le cimetière créé pour l’occasion… Un récit fantastique et ésotérique qu’on aurait aimé plus abouti. Un très bon travail graphique.

Anne et Paul sont tranquillement installés sous le porche de leur maison qui, perchée sur la colline, domine le village lorsqu’ils assistent à un phénomène incroyable : des centaines de corps d’hommes nus traversent soudain les nuages pour venir s’écraser sur le sol ! Effrayés, les villageois décident de les enterrer hors du cimetière et creusent les tombes sur la colline, chargeant Anne et Paul de les surveiller.
Publié par l’éditeur participatif Sandawe grâce aux édinautes, "La pluie des corps" propose un synopsis alléchant. D’où viennent ces corps ? Pourquoi le couple est-il mis au ban du village ? Pourquoi des plantes en forme de tentacules poussent-elles sur les tombes ? Présenté comme un thriller fantastique, le one-shot est sans aucun doute original, suscite de nombreuses interrogations et parvient plutôt bien à faire grimper le suspense et l’angoisse au fil des pages. Florian Quittard insiste sur les changements qui s’opèrent dans le cimetière, sur Anne et Paul eux-mêmes et le sentiment d’oppression va croissant alors que les dialogues sont peu nombreux. La partie graphique signée Anaïs Bernabé ("Sasmira") joue avec cette impression. Elle offre de belles planches, essentiellement nocturnes, jouant sur la les touches de lumière et des teintes spécifiques comme l’ocre ou le violet. La déception est donc grande quand on comprend qu’on n’aura pas d’explication à cet étrange phénomène, du moins pas d’explication claire. La symbolique de cette histoire à la fois surnaturelle et ésotérique laisse perplexe.
A noter que la première édition de "La pluie des corps" est complété d’un dossier sur le making of de l’album, avec des illustrations inédites d’Anaïs Bernabé.

Dessinatrice : Anaïs Bernabé - Scénario : Florian Quittard - Editeur : Sandawe - Prix : 20 euros.