L’AVION QUI TUAIT SES PILOTES

, par Estelle

Alors qu’un pilote vient de mourir lors d’un essai du mirage F1 de l’armée française, Tanguy et Laverdure mènent l’enquête sur ce qui s’avère être un sabotage. Une intrigue classique mais qui a de quoi séduire les nostalgiques des aventures des deux pilotes.

Second volet de la première "aventure classic de Tanguy et Laverdure", "L’avion qui tuait ses pilotes" donne la conclusion d’un scénario adapté du roman de Jean-Michel Charlier. La base d’Istres est sous le choc : le pilote italien Cristobaldo Ruggieri est tué dans le crash du nouveau Mirage F1 qu’il était en train de tester. Officiellement il s’agit d’une erreur de pilotage, mais tout laisse à penser en réalité à du sabotage, d’autant que les vols précédents ont déjà été émaillés d’incidents. Alors que la fiabilité de l’avion est remise en question, Tanguy et Laverdure vont tenter de trouver le coupable.
"L’avion qui tuait ses pilotes" est une adaptation fidèle - Patrice Buendia et Matthieu Durand expliquent d’ailleurs en préambule avoir choisi de rester le plus proche possible de l’original "quitte à garder les éventuelles inexactitudes techniques qui, bien souvent, servent l’intrigue" - et les fans de la série ont de quoi se retrouver dans cette aventure qui s’intercale entre les albums déjà publiés de la série mère : une ambiance années 70, des dialogues copieux, un mélange de scènes d’action, d’enquête et de sorties aériennes et un graphisme irréprochable de Mathieu Durand… L’intrigue est classique - un complot industriel et un coupable à débusquer parmi un nombre limité de suspects plus ou moins évidents -, l’enquête aurait pu être un poil plus courte, on note ça et là quelques incohérences mais les rebondissements sont suffisamment nombreux pour que Patrice Buendia ("Thomas Silane", "Spiritus & Sancti") parvienne à conserver le suspense.
Pour les nostalgiques de la série créée par Charlier et Uderzo, sachez qu’une nouvelle aventure "classic" est d’ores et déjà annoncée.

Dessinateur : Matthieu Durand - Scénariste : Patrice Buendia, Jean-Michel Charlier - Editeur : Dargaud, collection Zéphyr - Prix : 14 euros.