L’ANGE DE L’OMBRE - Tome 1

, par Estelle

Un corps au visage figé d’effroi et avec une blessure béante au cou, un petit escroc sauvé des griffes des yakuzas par une mystérieuse femme… Premier volet d’un sombre diptyque au postulat assez classique mais accrocheur.

Auteure de "L’Île Infernale" et des "Aiguilles Démoniaques", parus chez Komikku, Yusuke Ochiai revient avec un nouveau manga en deux tomes, "L’ange de l’ombre". Cette adaptation du roman éponyme de Tetsuya Honda plonge le lecteur dans les bas-fonds du Tokyo contemporain : alors que les inspecteurs Tomiyama et Mikawa enquêtent sur la mort d’un homme retrouvé mort sur un parking vidé de son sang avec une morsure dans le cou, un gigolo dénommé Yoshiki est sauvé des griffes des yakuzas par une mystérieuse jeune femme, une certaine Julia, alias Benisuzu.
Evidemment, on se doute vite que les deux histoires apparemment indépendantes dans ce premier épisode sont liées et que "L’ange de l’ombre" cache en fait une histoire de vampires. Mais cette intrigue qui semble hésiter entre plusieurs genres - fantastique, thriller, romance - est tout de même prenante, le lecteur s’interrogeant sur la manière dont Yusuke Ochiai va réinterpréter le mythe, d’autant que le cliffangher s’avère d’une efficacité redoutable. Sur le plan graphique, le seinen est lui aussi plutôt classique mais soigné, offrant des visages inquiétants de vrais méchants aux yakuzas.

Dessinatrice : Yusuke Ochiai - Scénariste : Tetsuya Honda - Editeur : Komikku - Prix : 8,50 euros.