CYPARIS, LE PRISONNIER DE SAINT-PIERRE

, par Estelle

Les derniers jours avant la terrible éruption de la montagne Pelée en 1902. Un épisode dramatique de l’histoire de la Martinique documenté et vivant.

Le 8 mai 1902, une puissante nuée ardente déferle de la montagne Pelée sur la plus grande ville de La Martinique, Saint-Pierre, tuant en quelques minutes quelque 30.000 personnes… Dessinateur originaire de l’île, Lucas Vallerie a choisi de raconter en 230 pages ce qui fut l’éruption volcanique la plus meurtrière du XXe siècle.
A mi-chemin entre la fiction et le documentaire, Lucas Vallerie retrace donc de manière chronologique les évènements. Le trait est semi-réaliste, le travail de documentation tant sur la vie quotidienne, que sur les connaissances en vulcanologie de l’époque ou sur le déroulé précis de la catastrophe elle-même, est notable. Si l’auteur prend soin de montrer différents classes de la société (riches békés blancs, mulâtres, fonctionnaires, instituteur, curé, journaliers, prostituées, etc), c’est le destin de Louis-Auguste Cyparis qui a surtout retenu son attention : reconnu comme l’un des deux ou trois survivants de l’éruption, le jeune homme ne devra la vie qu’aux épais murs du cachot de la prison dans lequel il se trouvait…
Publié au moment où l’ouragan Irma a causé de terribles dégâts dans les Caraïbes, "Cyparis" insiste bien sur la fragilité et l’impuissance humaine face à une nature paradisiaque qui peut se transformer soudain en un véritable enfer. Un enfer d’autant plus rageant que les conséquences que les dégâts n’auraient pu être que matériels et écologiques si les bonnes décisions politiques et administratives avaient été prises pour faire évacuer la ville et ses alentours.

Dessin et scénario : Lucas Vallerie - Editeur : La Boîte à Bulles - Prix : 34 euros.