Comment Spiegelman représenterait Trump : "un gros tas de merde"

, par Estelle

L’auteur de "Maus" est sans concession pour le président américain. Il s’est aussi confié dans "Le Journal du Dimanche" sur son soutien à "Charlie Hebdo".

Dans "Maus", sa bande dessinée récompensée par le prix Pullitzer en 1992, Art Spiegelman représentait les juifs en souris et les nazis en chats. Interrogé par le Journal du Dimanche sur la manière dont il dessinerait le président américain, il a répondu : "Un gros tas de merde". Et de préciser : "C’est pour l’instant la seule chose que j’aie pu dessiner en pensant à lui. Je me demande s’il a vraiment achevé, voir entamé, le stade de l’évolution animale. S’il y parvient, il finira peut-être en lézard."
Le dessinateur américain a expliqué également au JDD être un grand admirateur de Charlie Hebdo et qu’il "paye encore le prix" de son soutien apporté au magazine satirique après l’attentat de janvier 2015 : "À l’époque, il y avait eu ce scandale ridicule quand le Pen Club avait décerné un prix spécial du courage pour les victimes du carnage. Certains écrivains stupides et lâches s’en étaient offusqués. J’avais trouvé leur attitude détestable. Ils ne comprenaient rien au principe français de la sacralisation du blasphème, auquel je suis très attaché. Les dessins de Charlie n’avaient rien d’antimusulman, ils dénonçaient un radicalisme, pas une religion."